À découvrir

La Gaspésie

La Gaspésie, c'est à la fois la mer et la montagne. Venez découvrir une route qui mène à la mer, des falaises rouges, des forêts denses de conifères et des sommets dénudés qui se bousculent à l'intérieur de cette vaste péninsule située dans l'est du Québec.

Détails

L'histoire

Différents peuples ont empreint l’histoire de la Gaspésie. Des Micmacs aux pêcheurs basques et bretons, des Français, Acadiens, Loyalistes, Anglais et Jersiais… lui ont transmis un bel héritage culturel.

Détails

Les écosystèmes

Découvrez les différents écosystèmes présents en Gaspésie ainsi que la riche faune et la flore diversifiée qui les habitent.

Détails

La géologie

Découvrez l’histoire de la géologie de la Gaspésie. Apprenez comment la roche en place révèle les agitations de la croûte terrestre et leur influence sur la construction des paysages de la région.

Détails

À découvrir

  • Maintes fois reconnue

    Maintes fois sélectionnée par de prestigieuses publications et d’importantes organisations scientifiques et éducatives dans le monde, et ce, pour son développement durable, ses aventures hivernales, sa grande beauté et sa qualité exceptionnelle.

    La Gaspésie représente une destination incontournable du globe où vous rendre au moins une fois dans votre vie, son parcours pittoresque est reconnu tel une merveille en Amérique du Nord, et sa baie des Chaleurs se distingue parmi les plus belles dans le monde.

    • Le tour de la Gaspésie, dans le top 5 des road trips en bord de mer dans le monde. (2015, Lonely Planet)
    • Le rocher Percé, première merveille du Québec – Léger Marketing (pour le Journal de Montréal, 2012)
    • La Gaspésie, au 4e rang des 10 meilleurs endroits au monde pour voir les couleurs d’automne ! (2014, National Geographic)
    • L’une des 50 destinations canadiennes à visiter une fois dans sa vie ! (2013, National Geographic)
    • Dans le top 20 des destinations mondiales ! (2011, National Geographic)
    • Au 3e rang des plus belles destinations au monde pour son développement durable ! (2009, National Geographic)
    • L’une des 50 destinations incontournables du globe ! (2009, National Geographic)
    • Dans les 25 parcours pittoresques de l’Amérique du Nord. (2009, Michelin)
    • Pour sa grande beauté et sa qualité exceptionnelle, la baie des Chaleurs compte parmi les membres du Club des Plus Belles Baies du Monde. (2004)
    • Parc national de Miguasha, site naturel du patrimoine mondial de l’UNESCO. (1999)
  • Bouillon de culture

    Cette immense presqu’île située du côté sud du fleuve est baignée par les eaux de l’estuaire et celles du golfe du Saint-Laurent.

    Entourée d’une mer dont elle reçoit d’une part les caresses et résiste d’autre part aux assauts, elle comporte en son arrière-pays une suite d’accidents du relief rattachés entre eux et dessinant la continuation des Appalaches. Autrefois fréquentée par les gens de la bourgeoisie, la Gaspésie s’avère aujourd’hui une destination de rêve où, chaque année, des vacanciers de partout sur la planète se pressent sur les routes au coeur de ses panoramas péninsulaires.

    Différents peuples ont empreint son histoire. Amérindiens, Vikings, navigateurs italiens, pêcheurs basques et bretons, de même que Français, Acadiens, Loyalistes, Anglais, Jersiais, Irlandais, Écossais... lui ont transmis un héritage culturel et des accents pleins d’amour et de charme. Ces accents expressifs et chantants racontent, encore aujourd’hui, l’histoire de ces pionniers à travers les musées, centres d’interprétation et sites historiques. La richesse et le dynamisme de son expression culturelle transparaissent dans les galeries d’art, ateliers, boutiques, théâtres et salles de spectacles, puis sur toute l’année s’échelonnent de nombreuses activités culturelles, festivités et fêtes populaires auxquelles participer.

  • 4 parcs nationaux

    Au coeur de cette immensité existent des lieux qui lui sont chers, des lieux créés pour en préserver les merveilles naturelles.

    Le parc national de la Gaspésie, lieu de prédilection des randonneurs, présente paysages spectaculaires et hauts sommets où, sur les plateaux aux allures de toundra du mont Jacques-Cartier, évoluent des caribous des bois. L’extrémité de la péninsule profite d’un microclimat et abrite le parc national du Canada Forillon, riche de faune, de flore, de nature et de culture, et son littoral met en lumière de grands pans du passé.

    Au parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, une charmante île aux rouges falaises et une monumentale sculpture naturelle aux reflets changeants dominent le paysage et procurent de fabuleux repaires aux oiseaux marins, alors qu’au réputé site fossilifère du parc national de Miguasha, figurant au patrimoine mondial de l’UNESCO, les falaises mettent au jour d’émouvantes traces de vie datant de 380 millions d’années.

    Les panoramas fascinants des monts Chic-Chocs peignent un décor saisissant à un réseau de sentiers de randonnée, dont le sentier international des Appalaches. Cet environnement montagnard comporte également la réserve faunique de Matane, où domine l’orignal; et la réserve faunique des Chic-Chocs.

  • Destination grande nature

    Vous pouvez découvrir la Gaspésie selon un itinéraire en boucle. Dans un sens comme dans l’autre, elle fascine!

    Bien que la pêche y occupe toujours une place importante, qu’elle soit commerciale, sportive ou à quai, la Gaspésie offre plus encore : destinations de chasse, belles et giboyeuses; milieu agricole propice à l’agrotourisme; éden blanc à la saison froide, pour le tourisme hivernal; destination grande nature, pour le tourisme d’aventure; paradis pour randonneurs de tous calibres; et, vu l’immensité de ses richesses en matière de faune et de flore, activités d’interprétation et d’observation.

    Montagneuse à souhait, cette superbe péninsule, creusée et sillonnée de toutes parts, abonde en cours d’eau poissonneux et cristallins, elle se couvre de forêts puis affiche des falaises escarpées et de longues plages. S’y trouvent aussi de grands jardins renommés de par le monde, les Jardins de Métis, qui constituent un lieu édénique regroupant de magnifiques aménagements floraux à l’anglaise, ainsi qu’une dizaine de ponts couverts, vestiges d’un temps révolu, qui s’étirent au-dessus des ravins ou franchissent des rivières.

    La navigation se faisant dangereuse dans le golfe du Saint-Laurent et les différentes baies gaspésiennes, les phares sont nombreux à ouvrir l’oeil. Empruntez donc la route des phares et découvrez ces fiers témoins de l’histoire dont certains bénéficient d’une seconde vie grâce aux judicieuses interventions de gens passionnés.

    Les Gaspésiens, arborant large sourire et regard étincelant, ne laissent rien au hasard pour vous accueillir : multiples attraits touristiques à visiter; grand choix de modes d’hébergement pour vous loger; cuisine régionale ou repas gastronomiques à savourer; éventail d’activités et de sports pour chaque saison de l’année. Alors, parcourez-en les panoramas spectaculaires et découvrez l’hospitalité légendaire de sa population péninsulaire.

  • Les premiers Gaspésiens

    L'histoire la Gaspésie a commencé avec les Micmacs, une des nations algonquine, surnommés les Indiens de la Mer qui occupèrent la péninsule depuis déjà plus de 2 500 ans lorsque les premiers colons européens débarquèrent au Canada.

    Ces peuples vivaient d'une économie de subsistance basée sur la chasse et la pêche. La mer fournissait la plus grande part de leur nourriture. En été les groupes s'établissaient au bord de la mer, près des embouchures des rivières poissonneuses. En hiver, ils devaient s'enfoncer dans les terres pour chasser le caribou et autres mammifères présents dans la péninsule.

  • L'arrivée de Jacques Cartier

    En 1534, deux navires français commandés par le Malouin Jacques Cartier entreprirent la traversée de l'Atlantique afin de reconnaître les terres nouvellement fréquentées de l'autre côté de l'océan et d'en prendre possession au nom du roi de France.

    Après avoir longé Terre-Neuve en mai, puis vogué à proximité des côtes du golfe du Saint-Laurent, Jacques Cartier pénétra dans la baie des Chaleurs, accueilli par une température caniculaire.

    Jacques Cartier prit pied à plusieurs reprises dans la baie afin de communiquer et de tisser des liens d'échange avec les Micmacs avant de débarquer ensuite dans la baie de Gaspé. Le 24 juillet 1534, il y fit ériger une croix portant l'emblème de la France pour marquer la prise de possession de ces terres au nom du roi. Cet acte hautement symbolique marqua le début de la présence française dans le Nord de l'Amérique et permit à l'aventurier d'arborer le titre officiel de découvreur de la Nouvelle-France.

  • Au temps de la pêche saisonnière

    La colonisation du territoire ne s'enchaîna cependant pas immédiatement, la France étant, à cette époque, à la fois embourbée dans des conflits et dans des dissensions internes politico-religieuses.

    Les premiers pêcheurs normands, bretons, basques et rochelais commencèrent l'exploitation des bancs de morues de la côte gaspésienne.

    Au début du XVIIe siècle, on y comptait cinq postes de pêche estivale importants. Matane constituait un des postes de traite des fourrures de la toute jeune colonie qui avait été établie plus à l'ouest par Champlain, sur les rives du Saint-Laurent. Le commerce des nations autochtones était désormais orienté vers la vente de fourrures aux Français.

  • Premiers essais de colonisation

    Les premiers essais de colonisation permanente débutèrent au milieu du XVIIe siècle.

    On retrouve alors Nicolas Denys, Pierre Denys ainsi que Denis Riverin qui se firent octroyer les premières seigneuries. Les premiers postes de pêche et de traite permanents furent alors installés à Percé et à Mont-Louis où l'industrie de la pêche se développa de telle sorte qu'elle put fournir des produits de la mer aussi bien à la Nouvelle-France qu'au vieux continent.

    Le développement des pêcheries françaises en Gaspésie fut entravé par de nombreux obstacles. En plus du sous-financement des entreprises et la difficulté d'attirer les colons dans un climat aussi rude, les incursions anglaises allaient en s'intensifiant.

  • Paix et guerre

    Les guerres successives avec l'Angleterre se répercutaient en Amérique, et les Anglais commençaient à lancer des expéditions contre les postes français de la côte à partir de leurs riches colonies de la Nouvelle-Angleterre.

    En Gaspésie, les expéditions de Kirke, en 1628, ainsi que la destruction de Percé, en 1689, furent dévastatrices.

    Comme conséquence du manque d'intérêt chronique de la France pour ses colonies d'Amérique du Nord et des difficultés qu'elle éprouvait alors en Europe du fait de la guerre de Sept Ans, les Anglais parvinrent à chasser définitivement leur grande rivale de l'Amérique du Nord. En 1758, à la suite de la chute de Louisbourg, ils purent ravager une fois de plus la côte gaspésienne avant que les troupes du général Wolfe ne s'emparent de Québec en 1759.

    Coupée de la métropole, Montréal se trouva en détresse, si bien que, l'année suivante, une flottille de bâtiments apportant vivres et munitions appareilla de Bordeaux pour porter secours à la colonie. Malheureusement, le retard accumulé était trop important pour rattraper les vaisseaux anglais qui avaient devancé cette ultime tentative de sauvetage. Les Français se réfugièrent alors dans l'estuaire de la Ristigouche, au fond de la baie des Chaleurs où ils rencontrèrent de nombreux Acadiens eux-mêmes en fuite. Cela n'empêcha pas les Anglais de les débusquer et, après quelques jours de violents combats, de couler les principaux vaisseaux.

  • Le développement de la pêche à la morue

    Après la conquête, l'industrie de la pêche put enfin se développer.

    De nouveaux établissements furent fondés, les anciennes seigneuries furent vendues à des marchands dans le but de servir comme bases pour la pêche. La morue constituait alors à cette époque l'essentiel des prises. On la prenait à la ligne dans de petites embarcations de juin à septembre, sans jamais s'éloigner des côtes. Des industries tributaires de la pêche virent progressivement le jour, et on vit apparaître en quelque temps toute une série de petits chantiers fabriquant des embarcations ainsi que des entrepôts de salage du poisson.

    La pêche à la baleine, dans la baie de Gaspé, puis la pêche au saumon, pratiquée par les Micmacs dans les nombreuses rivières de la Baie-des-Chaleurs, vinrent contribuer à l'essor de cette industrie naissante qui commençait à se structurer.

  • La morue sèche, moteur de l’économie

    En 1767, venu de Jersey, Charles Robin s'installa sur le banc de Paspébiac pour y exploiter la morue du golfe.

    Dans les années 1780, Robin réalisa un quasi-monopole. Les chargements de morue salée et séchée étaient acheminés vers Québec, les États-Unis et l'Europe.

    À cette époque, la Gaspésie devait vivre presque exclusivement de ses propres ressources. En 1763, elle avait été rattachée politiquement à la province de Québec, en pratique, elle en restait pourtant coupée, on parvenait difficilement à remonter l'estuaire du fleuve Saint-Laurent. Par voie de terre, on était isolé par l'arrière-pays, où seules des routes de canot et des sentiers de portage étaient praticables. Mais, face à la menace américaine toujours présente, le gouvernement décida de relier militairement Québec à Halifax par la terre, en coupant à travers les terres vierges gaspésiennes. Terminé en 1832, le chemin Kempt relia la région de Métis à la Baie-des-Chaleurs, en passant par la vallée de la Matapédia. Ce chemin servit de prélude au développement de la région.

  • Des nouveaux arrivants

    Vers la fin régime français, la Gaspésie ne comptait que quelques centaines d'habitants. Après la Conquête anglaise, la Baie-des-Chaleurs se peupla d'Acadiens chassés de leurs terres et réfugiés depuis à Restigouche.

    Dans les années 1780, ceux-ci virent l'arrivée des Loyalistes, anglo-américains restés fidèles à la Couronne britannique à la suite de l'indépendance des treize colonies américaines. Aux Acadiens, aux Loyalistes et aux Micmacs déjà sur place, s'ajoutèrent des Québécois, venant pour la plupart de la ville de Québec et du Bas-Saint-Laurent, tout comme des immigrants écossais, irlandais ou anglo-normands.

    Vers 1850, toutes ces communautés réunies totalisaient 20 000 habitants, et près de la moitié de leurs membres étaient d'expression anglaise. Tandis qu'elles se concentraient dans la Baie-des-Chaleurs, l'intérieur et le côté nord de la péninsule restaient quasiment inhabités.

  • Le virage du XXe siècle

    Dès la fin du XIXe siècle, le visage de la Gaspésie changea considérablement.

    Elle brisa enfin son isolement avec l'extérieur, l'arrivée des bateaux à vapeur permettant des liaisons plus rapides avec Québec et les autres régions. On améliora par ailleurs les installations portuaires. La route fut également achevée entre Sainte-Anne-des-Monts et Gaspé, de telle sorte que toute la péninsule fut ceinturée et donc ouverte à la circulation.

    De plus, on relia par un chemin de fer, la côte à la pointe, en passant par la vallée de la Matapédia et la Baie-des-Chaleurs.

    C'est aussi à cette période que l'industrie de la pêche à la morue se mit à décliner, les entreprises fondées par les Jersiais Robin, LeBoutillier, Fruing et autres durent faire face à la crise. Alors que les méthodes demeuraient artisanales, les goûts de la clientèle changeaient radicalement. On préférait alors le poisson frais ou congelé au poisson séché.

    L'industrie commença à se diversifier avec la pêche au homard et au hareng. Plusieurs gaspésiens se tournèrent alors vers l'agriculture, laquelle était restée jusqu'ici une activité marginale à cause d'un climat extrêmement rude et de l'éloignement trop accentué des principaux marchés d'échanges.

  • L’agriculture et l’exploitation forestière

    En raison des pressions démographiques du Québec, où les familles étaient très nombreuses, on entreprit la colonisation de zones agricoles.

    Les terres cultivables restaient congrues, seule une frange littorale le long de la Baie-des-Chaleurs, la vallée de la Matapédia et les régions de Métis et de Matane étant économiquement exploitables. À ce moment, on cultivait surtout la terre pour subvenir à ses besoins.

    Au tournant du siècle, on vit apparaître une nouvelle industrie : l'exploitation forestière. Jusqu'alors, la forêt avait fourni la matière première pour les petits chantiers navals locaux, on implanta alors une industrie de bois de sciage. Le bois coupé en hiver, dans l'arrière-pays, était transporté au printemps par le biais de la drave, sur les cours d'eau, vers les scieries localisées sur la côte. La compagnie Price, une des deux entreprises à l'origine de la multinationale Abitibi-Price, s'installa alors dans la région de Métis. Mais une grande partie du bois était transformée dans les scieries du Nouveau-Brunswick ou aux États-Unis.

  • La défense de la nation

    La Gaspésie vivait en paix depuis plus de 200 ans lorsque la seconde guerre mondiale vint rompre sa tranquillité en charriant son lot de sous-marins allemands venus couler les navires marchands à destination de l'Angleterre dans le golfe du Saint-Laurent.

    En 1941, le ministère de la Défense fit construire une base navale à Gaspé, HMCS Fort Ramsay. Cette place-fort abritait 3 000 hommes de l’armée, de la marine et de l’aviation canadienne. Sa mission était de patrouiller les eaux du golfe Saint-Laurent pour protéger les navires alliés contre les sous-marins allemands. Un puissant filet métallique sous-marin bloquait le passage donnant accès entre les deux presqu’îles de Sandy Beach et de Penouille. Des canons furent érigés à Fort Péninsule et à Prével.

  • Le commencement du tourisme

    Depuis le début du peuplement européen jusqu'aux grands bouleversements sociaux des années soixante, la démographie fur galopante.

    Malgré la diversication de l'économie locale, la création d'emploi ne suffisait pas à garder le surplus de main-d'oeuvre, et un fort courant d'émigration commança à se former dès la fin du XIXe siècle. Ne pouvant plus compter sur les flux d'immigration de la fin du XVIIIe siècle, la proportion d'anglophones dans la péninsule subit une lente décroissance.

    Depuis le milieu du siècle, le tourisme a commencé à prendre une place de plus en plus importante dans la vie gaspésienne. Durant la période estivale, le tour de la Gaspésie est maintenant populaire chez les Québécois et les Européens. Les Américains commencent à découvrir depuis quelques années le charme et la beauté des paysages gaspésiens.

    Aujourd'hui, l'économie de la région est centrée sur trois secteurs : la pêche, l'industrie forestière et le tourisme. Ces activités saisonnières et les activités de transformation qui leur sont associées représentent 30% de l'économie de la région. Les secteurs qui génèrent le plus grand nombre d'emplois sont les services de santé et services sociaux, commerce de détail, hébergement et restauration, enseignement, administration publique et fabrication ou transformation des aliments et boissons.

    Référence : Histoire de la Gaspésie. Jules Bélanger, Marc Desjardins, Yves Frenette. 1981. Boréal Express.

  • Le climat

    Le décor naturel de la Gaspésie se répartit selon trois grandes zones selon l'altitude et le relief : la zone boréale (du niveau de la mer jusqu'à 610 mètres), la zone subarctique ou subalpine (610 à 915 mètres) et la zone alpine (au dessus de 915 mètres).

    Ces trois zones abritent chacune une flore et une faune caractéristiques. La zone boréale comprend le secteur littoral, le plus important et le plus diversifié: falaises, promontoires, barachois, vallées à fond plat et collines à pente douce. La zone subarctique se limite à un plateau où les arbres sont petits et espacés. La zone alpine occupe les sommets des Chic-Chocs où l'on retrouve la toundra.

  • La mer

    La richesse de la mer abrite des poissons : morue, aiglefin, sébaste, hareng, maquereau, thon rouge et saumon.

    Le littoral, quant à lui, constitue une zone de contact entre la mer et la terre, où la vie foisonne tout autant. En plus des nombreuses espèces d'algues, de crustacés et de mollusques qui y abondent, on y trouve également des balanes, couteaux, tourteaux, étoiles de mer ainsi que moules bleues.

    Avec une remarquable élégance, les mammifères marins font la révérence. Ces créatures affectionnent les eaux du Saint-Laurent, de la baie de Gaspé et du golfe du Saint-Laurent. De mai à octobre, il vous est possible d'en observer sept espèces différentes : rorqual bleu, baleine à bosse, rorqual commun et petit rorqual. Leur souffle est si puissant, qu'il peut être vu à bonne distance; prévoyez donc une promenade le long du littoral, ou profitez d'une croisière en mer afin de les entendre. Le long de la côte, à la même période, bon nombre de phoques gris et phoques communs se reposent nonchalamment sur les longues roches plates.

    Pour consulter les tables des marées, visitez le site de Pêches et Océans Canada www.niveauxdeau.gc.ca.

  • Le barachois

    Le mot barachois vient de la déformation de barre à choir, banc de sable qui entoure une lagune sur lequel les pêcheurs échouent leurs barques.

    Un barachois se crée à l'embouchure d'une rivière, longue barre de sables refoulés par les courants marins, abrite une prairie de blés-des-sables, où fleurit le pois-de-mer.

    Là où cette formation est très large, comme à Penouille (parc Forillon), il se forme une savane d'épinettes à tapis de lichens blancs et de hudsonias argentés. Ces plantes aquatiques supportent de grandes quantités de zooplancton. Constitué surtout de copépodes et d'oeufs d'invertébrés, le zooplancton permet la survie de la faune benthique : gastéropodes, polychètes et autres.

    Les poissons du barachois sont surtout de petite taille et tolèrent les variations de température et de salinité. On y trouve surtout l'épinoche et le choquemort, mais aussi saumon, truite de mer, anguille, éperlan et lançon. Le barachois abrite aussi des oiseaux : cormoran à aigrettes, grand héron, canard noir, bernache et sterne.

  • La rivière

    Cet écosystème, clair et poissonneux, compte un nombre impressionnant d'espèces animales. Parmi elles, signalons la loutre et des oiseaux : canard arlequin, grand bec-scie et balbuzard.

    Parmi les poissons, mentionnons l'éperlan arc-en-ciel, saumon Atlantique, omble de fontaine et naseux des rapides. Les nombreuses rivières gaspésiennes sont également les gardiennes d'une incroyable colonie de saumons et de truites qui font le bonheur des pêcheurs lorsque l'été commence à poindre, annonçant la saison de la montaison.

  • La forêt

    La forêt est un écosystème extrêmement riche et varié où vivent en secret de nombreux petits mammifères : tamia, rat musqué et porc-épic.

    La forêt présente un grand nombre de variations, depuis la dominance des trembles et des bouleaux jusqu'à la forêt d'épinettes.

    On rencontre également de nombreux insectivores : musaraigne et taupe, des carnivores comme le couguar de l'Est, coyote et renard roux. Les amphibiens sont surtout représentés par la grenouille verte et le crapaud. L'intérieur des terres est, quant à lui, le repaire des troupeaux de caribous, de chevreuils et d'orignaux qui côtoient sans problèmes coyotes et ours noir.

  • La toundra

    Sur les sommets alpins, les arbres, de plus en plus rabougris et taillés par le vent, finissent par disparaître.

    La toundra abrite un grand nombre de plantes qu'on ne retrouve pas à plus basse altitude : saule herbacé, bleuet alpin, silène acaule, lychnide alpine, armerie et rhododendron lappon. La toundra est très présente dans le parc de la Gaspésie qui abrite les monts Albert et Jacques-Cartier.

  • L’histoire de la géologie de la Gaspésie

    La Gaspésie est une péninsule de forme elliptique qui s'avance dans le golfe Saint-Laurent sur une distance de 260 km à l'extrémité sud-est du Québec. La physionomie de la Gaspésie est très variée.

    Le long de l'estuaire, de Sainte-Flavie au cap Gaspé, la côte décrit une immense courbe. Dans sa deuxième partie, à partir du mont Saint-Pierre, le rebord du plateau gaspésien tombe abruptement dans la mer. Perpendiculaire aux axes de plissements montagneux, la côte du golfe est très découpée. C'est dans le parc Forillon qu'on peut apercevoir les couches de sédiments basculées par la force des mouvements taconiques. La déformation est tout aussi remarquable à Percé, où les calcaires ont été soulevés à la verticale, tel le Rocher Percé. Au sud de la péninsule, une étroite plaine côtière, composée de grès rouge, longe les sinuosités de la baie des Chaleurs. L'arrière-pays est quant à lui une succession de monts arrondis par l'érosion.

  • Cambrien

    (600 millions d’années)

    Les roches qui composent la Gaspésie sont d'origine précambrienne, les plus anciennes qui soient. Elles constituent aussi le bouclier canadien, des Prairies canadiennes jusqu'au Labrador. Durant toute la période du Cambrien, la Gaspésie fit partie d'un vaste chenal, le géosynclinal appalachien.

  • Ordovicien

    (500 millions d’années)

    Tandis que durant l'Ordovicien, la future Gaspésie continuait de se former par accumulation de sédiments au fond de la mer. La croûte terrestre au fond de ce bassin subit une série de soulèvements et d'affaissements et vers la fin de cette période, une série de plissements intenses souleva la région en une chaîne de montagnes très hautes et émergea ainsi les roches qui forment une bonne partie du côté nord de la péninsule. Cette grande orogenèse (taconique) appelée aussi Faille du Saint-Laurent produisit un anticlinal (en forme de n) dans la partie nord de la Gaspésie et un autre plus au sud dans la région ouest du Nouveau-Brunswick actuel. Entre ces deux crêtes demeura un chenal plus petit; le géosynclinal de Gaspé (en forme de u).

  • Dévonien

    (400 millions d’années)

    Pendant des dizaines de millions d'années, au Silurien et durant une bonne partie du Dévonien, les nouveaux sommets fournirent des débris d'érosion à ce bassin, le remplissant graduellement. Ce dernier se souleva vers la fin du Dévonien inférieur (395 millions d'années).

    Au Dévonien moyen (375 millions d’années), l'orogenèse acadienne déforma et souleva le géosynclinal de Gaspé. Ainsi naquit la deuxième partie de la Gaspésie, située entre les montagnes du côté nord et la baie des Chaleurs. Accompagnée de volcanisme, cette orogenèse souleva davantage le massif central (Chic-Chocs) et les sédiments emprisonnèrent les cadavres et les traces de certains êtres marins primitifs (coraux, brachiopodes, vers, trilobites et poissons).

  • Carbonifère

    (345 millions d’années)

    Au Carbonifère, la Gaspésie entière demeura émergée. Une sédimentation continua à se faire à l’extrémité est de la péninsule, comme en témoignent les roches de Percé et de l’île Bonaventure.

  • Permien

    (230 millions d’années)

    À la fin du Permien, de nouvelles poussées orogéniques dressèrent une chaîne de montagnes continue sur l'est des États-Unis actuels : la grande chaîne des Appalaches.

  • Quaternaire

    (dernier million d’années)

    Au Quaternaire, notre planète connut quatre glaciations importantes. La dernière qui a commencé il y a 70 000 ans et qui s'est terminée il y a 10 000 ans a laissé des traces évidentes de son passage. Dans leurs mouvements, les glaciers ont entraîné avec eux tout ce qui recouvrait la roche-mère. Ils ont raboté les paysages et creusé des vallées majeures. Ces glaciers se mirent à fondre, et toute cette eau transporta à son tour, tria et accumula des quantités gigantesques de matériaux. Des rivières se sont installées dans les vallées et la mer aujourd'hui remodèle sans cesse le paysage.

    Référence : Parc national du Canada Forillon. Maxime St-Amour. 1988. Environnement Canada, Service canadien des parcs.

  • Des œuvres naturelles

    Le Rocher Percé

    Situé à 200 mètres de la berge, il est âgé de 385 millions d'années et est constitué de calcaire avec des veines de calcite. Le trou mesure 20 mètres de hauteur et l'obélisque 45 mètres de haut. Le rocher pèse plus de 5 millions de tonnes et perd 300 tonnes de roches par année. Il renferme 150 espèces de fossiles : brachiopode, trilobite, dalminite percéen, vers marins, coraux, et autres. Il a changé plusieurs fois d'apparence. Champlain a mentionné qu'en 1603, il n'y avait qu'une seule arche. En 1760, un officier anglais a dessiné le Rocher avec deux arches. Une de ces arches s'est écroulée en 1845.

    L'île Bonaventure

    Cette île est située à 2 kilomètres de la côte, fait 3,5 kilomètres de large et est âgée de 310 millions d'années. Elle est composée de conglomérat de grès, de schiste et de calcaire.

Fermer
Haut